Ad hominem: Réponse à la Stratégie Santé de la ministre Santé Solidarité Agnès Buzyn

Et des varices

Pour répondre à son désir d'être notée[ou de voir les autres perdre leur temps à répondre à des enquêtes de satisfaction satisfaisant les officines associées] voici ma sincère évaluation, après toute une vie de bénéficier de ses services.

Attendu que sous son patronage comme sous celui de ses prédécesseurs ma vie est tous les jours davantage précipitée vers son terme inévitable à une allure accélérée;
Attendu que depuis cinq ans tout a été fait par l'hydre innombrable qu'elle dirige pour mutiler mon existence de toutes les manières convenant aux caprices de circonstance de responsables dévoyés;
Attendu que grâce à la superbe organisation de ses services, à un premier handicap est venu s'ajouter une nouvelle tuile permettant aux cardiologues, jaloux du monopole de leurs collègues de pneumologie sur l'organe convoité, encourageant de nouvelles gales sur ma carcasse à leur tour de se sucrer;
Attendu que l'impétrante depuis son ministère, avec ses complices du conseil de l'ordre et des comités d'éthique, accrédite et homologue des individus et des méthodes voulant faire de moi le grabataire qui conviendra le mieux à leurs donneurs d'ordres;
Attendu que depuis quinze ans le suivi de ma BPCO doit être constamment réévalué alors que ma pathologie est sans appel (à en croire tout au moins les profiteurs ayant prêté serment de protéger leur p'tite santé), que le contrôle coûte cher et ne sert qu'à dilapider l'argent public et au prétexte de 'droit à la prévention en matière de santé' j'ai surtout droit aux charcutages préalables à son exercice; ayant donc surtout eu le droit de passer entre les mains expertes de suffisamment de chirurgiens, je me sais habilité à en conclure que l'obscénité est leur spécialité commune;
Attendu que l'Assurance Maladie comme elle l'entend, je la comprends moi comme supplice et servitude et la Sécurité Sociale comme le perfectionnement à la française des camps de concentration;
Attendu que depuis vingt-cinq ans dans les griffes de l'industrie médicale et de l'administration républicaine ma vie d'handicapé est le calvaire permanent de tenter échapper à la trivialité, à la vulgarité, à la laideur que les ministres et leurs p'tits copains tant aiment propager, échapper surtout à l'invalidité totale que les méthodes avérées me promettent 'au-delà du moindre doute raisonnable' comme disent les Américains, si je ne réussis pas à leur fausser compagnie, ce qui s'avère toujours plus difficile;
Attendu que les drogues que m'infligent les dealers agréés menacent mes capacités mentales et toujours davantage me font craindre l'intrusion maligne de sadiques et d'automates dans ma vie privée;
Attendu que depuis sept décennies la France officielle protège les charognes qui par leurs actes et leurs silences ont assassiné mon père, mon frère, ma soeur, empoisonné ma mère, mes enfants et leurs enfants, et fait de ma vie le pale reflet de ce qu'elle aurait pu être;
Attendu que depuis avant ma naissance les institutions françaises s'acharnent contre mes droits élémentaires et persistent à décliner toute responsabilité dans des millions de crimes perpétrés depuis soixante-dix ans contre les citoyens nés à l'ombre maléfique de la république des Lumières;
Attendu tout ce qui précède, attendu la misère que trafique avec un entrain infâme la ministre chargée d'assassiner Santé et Solidarité, attendu que depuis Jérôme Bosch nul, mieux que la Ve république, n'a su représenter l'enfer auxquels les pêcheurs sont condamnés pour la faute inexpiable d'être né Français... emporté par une soudaine lassitude d'attendus et d'arrêtés, par je ne sais quel désir de quels excès, j'ai songé à insulter Madame la Ministre, flatteusement la qualifier des épithètes appropriés, mais j'ai vite réalisé l'impossibilité de l'entreprise, ou pour le moins son extrême difficulté; confrontée à sa limite mon imagination derechef me fit savoir le refus catégorique de mes neurones de sombrer plus loin dans l'évocation d'une bassesse défiant la description.
Par conséquent, connaissant la futilité d'essayer de la faire condamner en France pour crime contre l'humanité, je rêve néanmoins qu'un jour, au terme d'une longue traque, hâve et décharnée, Madame l'ex-ministre, sera conduite devant un tribunal qui saura reconnaître ses mérites et en attendant je lui souhaite... Je lui souhaite de voir sa vie tous les jours un peu plus lui échapper pour renflouer la cave des préfectures et les apéros du Ministère. Je lui souhaite l'hôpital et la clinique, des assistantes sociales, des infirmiers, des brancardiers et des hélicoptères; des opérations, des soins continus, des prises en charge et des remboursements, des Chartes des droits des patients, des enquêtes d'opinion et des droits fondamentaux.
Je lui souhaite plus que tout pustules et bajoues, furoncles et verrues, descentes d'organes à la chaine et le goître qui manque à sa silhouette. Je lui souhaite une longue maladie et pour s'occuper d'elle et exaucer mes plus cruels désirs, je ne lui souhaite pas le moindre Jihadiste exécuteur de fatwas bien trop expéditives, non, je lui souhaite les mêmes chers confrères qui depuis si longtemps s'occupent si bien de moi. Je lui souhaite des généralistes, des dentistes, des pharmaciens et des biologistes bien français, des spécialistes et des chirurgiens, toutes les plaies de l'Egypte ancienne et des cancérologues distingués, des chimio, des rayons, des ablations, des lésions et des ulcérations et une longue, une interminable vie entre les mains de l'engeance dont elle est. Ce qui prouve au fond qu'il me reste quelques neurones ne reculant pas devant la difficulté qui n'est peut-être qu'apparente d'appeler les choses par leur nom.
Je lui souhaite enfin que sa Stratégie Santé lui reste en travers du gosier et comme moi l'empêche de respirer.
Et avec toutes les catastrophes qui l'attendent je crois que c'est sans elle qu'il faudra 'repenser notre modèle social (AB)' en pensant sérieusement à priver toutes les Agnés Buzyn du monde, leurs compères, leurs complices et leurs commanditaires, du moindre pouvoir d'en faire à leur guise avec notre vie.

Le big bad blog

Cinq manières d'éviter la pneumonie

  • 1/ éviter les pneumopathes
  • 2/ éviter les salles d'attente
  • 3/ éviter les pharmacies
  • 4/ à tout prix éviter l'hôpital
  • 5/ soignez-vous vous-même et surtout pas en France

Fake News Network

Parc des Pyrénées Catalanes: Les régions à énergie positive vont dans le sens du courant.

Dans le Parc des Pyrénées Catalanes les vieux et les handicapés font partie des espèces protégées.